Le kung fu wushu wu. Définition

kung fu term Un aspect important de la culture chinoise, qui trouve ses racines dans le passé préhistorique, est le développement de systèmes classiques de combat et de lutte.
La diversité de ces systèmes est étonnante.
Cependant, il est fréquent que leur nature soit confuse en raison de la grande variété de termes employés pour les identifier et les décrire;
En effet, différents dialectes chinois utilisent des termes différents pour décrire des systèmes similaires. Une autre raison de la confusion tient au fait que certains de ces systèmes sont destinés à être utilisés uniquement pour le combat, d’autres principalement pour la promotion de la santé, et d’autres encore, en grande partie pour des représentations théâtrales. Il est donc utile de commencer toute étude sérieuse des systèmes de combat à mains nues chinois par un bref aperçu de la terminologie martiale chinoise. Wu-kung est une expression en mandarin qui désigne tout type d’effort martial exécuté de manière adroite et dévouée.
Ce terme désigne l’usage effectif de la force en matière martiale; il est moins applicable aux efforts utilisés pour la promotion de la santé ou à ceux réalisés en représentation théâtrale.
Wu-kung englobe ainsi les techniques et la tactique des arts de combat, ainsi que l'ardeur martiale des exposants qui les pratiquent.

Wu-shu, une autre expression en mandarin, signifie littéralement «art martial» ou «arts martiaux».
Ce terme est utilisé pour décrire toute la communauté des arts de combat chinois, y compris les systèmes avec et sans armes, mais il ne fait pas spécifiquement référence à l'ardeur martiale des personnes qui y sont engagées. Wu-shu a donc une signification plus générale que wu-kung.
Deux autres expressions en mandarin sont populaires parmi les adeptes des systèmes à mains nues chinois.
 Ce sont Ch'uan-shu et Ch'uan-fa, qui impliquent tous deux «l'utilisation astucieuse du poing ou des poings».  
 Ces deux termes sont mieux utilisés pour décrire les tactiques de combats sans armes. Au départ, ces termes étaient destinés à désigner la lutte contre l'art, mais dans les temps plus modernes ch'uan-shu et ch'uan-fa sont venus signifier toutes sortes de combat, à la fois chinois et non chinois, et comprennent donc le système utilisé pour le combat, le sport, le sens de la promotion «Poing chinois - art », est plus spécifique.

Une autre expression en mandarin, kuo-shu, qui signifie «art national», est également utilisée pour désigner toutes les méthodes chinoises de tactique au corps à corps, quel que soit leur but. Un autre terme qui décrit les systèmes à mains nuesdes Chinois est le mot Kun-tao. Ce mot appartient au dialecte Hokkien.
 C'est un terme générique qui, comme wu-shu, englobe l'étude et la pratique des tactiques à mains nues et avec arme, mais exprime peu l'esprit martial qui les sous-tend.  L'idéogramme pour Kun (également orthographié koon) signifie «poing», et celui pour tao (également orthographié tow ou tau) signifie «tête»; ainsi kun-tao signifie "la tête du poing".  La définition, cependant, n'indique pas l'étendue des méthodes de Kun-tao. De plus, il n’est pas exact d’utiliser le terme pour décrire uniquement les méthodes de combat à mains nues, puisqu’une grande partie des techniques de kun-tao utilise des parties du corps autres que le poing;  Néanmoins, le terme est populaire et est couramment utilisé par des centaines de millions de Chinois et de Malaisiens en Asie du Sud-Est.    En fait, en Asie du Sud-Est, l'expression kun-tao est plus couramment utilisée que wu-shu, ch'uan-shu ou ch'uan-fa, termes préférés par les habitants du nord de la Chine.
Aujourd'hui, l'expression cantonais de Kung-fu est très utilisée.
 Mais le kung-fu ne fait référence qu'à l'effort qu'une personne fait quand elle se consacre sérieusement à une tâche.  
 Que l'effort produise ou non une action physique est sans importance, tant que cet effort est dédié et fait dans un état d'esprit sérieux. Un certain degré de compétence est également inhérent à la signification du kung-fu.  
Ainsi, une personne qui peint sa maison, entretient son jardin, fait d'autres tâches ménagères, ou qui applique assidûment son métier ou sa profession, est réputée présenter le kung-fu.  Le kung-fu évoque également un esprit créatif, comme le genre d’effort fourni par un artiste dessinateur ou peintre, ou par un artisan façonnant la céramique ou le mental. du bois ou d’autres matériaux et produit des travaux qualifiés de tous types; le kung-fu n'est certainement pas un système de légitime défense, ni aucun art de combat en soi. Il n’est même pas approprié d’utiliser le terme kung-fu pour décrire l’effort ardu qu’il faut faire pour entraîner ou appliquer un art du combat; dans ce cas, seule l'expression wu-kung est appropriée. Mais lorsqu'un effort n'est pas spécifiquement lié aux arts de combat, il convient de décrire cet effort comme un exemple de kung-fu. Pour cette raison, l'expression kung-fu peut être correctement appliquée dans le cadre d'une formation aux systèmes de combats à mains nues chinois dont le but est le sport, la promotion de la santé ou la performance théâtrale.



By master Tjoa Khek Kiong in Djakarta and Donn Draeger(Shantung Black tiger book).