La transmission

Le Gongfu (ou Kung Fu) concerne les artistes martiaux, les guérisseurs, les pratiquants de Qigong, et quiconque désirant réaliser quelque chose, et le faire bien.
Gongfu signifie essentiellement compétence. Tout ce que nous faisons dans la vie raffine notre Gongfu ou bien ne le fait pas, c'est notre choix.


Dans les cercles d'arts martiaux et de pratique spirituelle, nous avons coutume d'apprendre par transmission directe. La transmission directe est exactement ce que son nom indique, c'est la transmission de la capacité ou de la compétence directement d'une personne (le maître) à l'autre (l'élève). J'ai eu beaucoup d'enseignants dans ma vie qui m'ont appris des choses merveilleuses et m'ont aidé à acquérir de vraies compétences. Cependant, dans tous mes entraînements d'arts martiaux, je n'avais jamais vraiment connu la transmission directe jusqu'à ce que j'ai rencontré Fong Ha.


Pour placer les choses, je suis un peu sceptique de nature, ouvert d'esprit, mais sceptique néanmoins. En effet, la plupart des histoires racontées sur ce genre de chose sont pleines d'imageries fantastiques qui nourrissent mon incrédulité naturelle (je sais que ça ne devrait pas – je travaille dessus). Ce que j'ai vécu avec Sifu Ha en 2006, quand je l'ai rencontré pour la première fois, était cependant quelque chose d'étonnant. Ce n'était pas cérémonial ou magique, c'était juste.


Fong Ha peut cultiver la philosophie toute la journée avec le meilleur des philosophes et son pedigree d'arts martiaux est l'un des plus remarquable, pourtant, aussi impressionné que j'étais avec tout cela, c'était sa présence et sa compétence qui m’ont le plus marqué.
Pratiquer le pousser des mains avec lui (tui shou) et juste sentir le genre de pouvoir qui est raffiné par des arts tels que le Taijiquan et le Yiquan lorsqu'ils sont bien faits, a ouvert quelque chose dans mon esprit que je n’aurais pu obtenir en parlant ou en pratiquant des formes.
Quelque chose s'est produit sans que je comprenne encore comment. Une partie plus profonde de moi a répondu à l'expérience de ce genre de pouvoir, et en un instant, j'ai transcendé tout ce que j'avais appris sur les arts martiaux et sur la vie. Ce n'était pas un anéantissement de mes expériences mais plutôt une organisation d'entre eux.
C'était comme si on allumait un électro-aimant sous un dépôt de métal. L’aimant amène l’ordre dans le chaos. Du chaos de la théorie et de la sophistication vint l'ordre de la compétence et du pouvoir simple que j'éprouvais.
Lors d’une telle transmission, je pense que le Maître (en l’occurrence Fong Ha) frappe un accord puissant pour tout ce que nous sommes. Tout à coup, les choses ont du sens et on se sent libre.
Malgré cela, encore à ce jour, je me trouve souvent en lutte contre cette liberté, parce qu’elle est si contraire à la façon dont nous faisons habituellement les choses. Je suis partagé entre le fait de vouloir compliquer ma pratique et de rester ancré à la compétence simple comme je l’étais juste après mon expérience avec Fong Ha.


Il est bon d'apprendre autant de méthodes et de techniques différentes que vous pouvez, mais si vous ne pouvez pas les organiser et juste être ce que vous êtes, elles vous chargeront. Un véritable maître de quelque chose doit être en mesure de pointer directement vers l'essence de ce qu'il fait. S'il ne peut pas faire cela, il n'est pas un maître. En effet, maîtriser une chose signifie s’être libéré de cette chose. Si votre art vous emprisonne, vous ne pouvez pas le maîtriser.


En revanche, le genre de transmission directe que j'ai vécu peut ouvrir vos yeux et en un instant vous comprenez tout. Il y a une vérité à toutes choses qui ne peut être mise en mots. Elle ne peut être mise en forme d'aucune sorte, parce qu'elle est la mère de toutes les formes. Seule l'expérience peut vous conduire à cette compréhension.
Par expérience, je ne parle pas du temps que vous passez à faire quelque chose. Trente ans à faire mal quelque chose ne fait pas de vous un maître. Mais, une seconde à le faire bien peut vous apporter la vraie sagesse et la compétence, vous amener à l'essence de la pratique si vous êtes prêt à y aller.
Ce qui s'est passé avec moi dans ce simple petit rassemblement de personnes, il y a des années, m'a changé pour toujours et a ouvert la porte au Gongfu à un degré que je pensais jamais atteindre. Je souhaiterais pratiquer plus avec Sifu Ha et me transmette encore davantage.
Sifu Ha a des étudiants partout dans le monde et il a rencontré certains d'entre eux dans le parc depuis des décennies. Il y a le vieux dicton qui dit que quand l'étudiant est prêt, le maître apparaît. Peut-être que les expériences de chacun avec Sifu Ha sont différentes. Je connais des gens qui ont participé à certains des mêmes séminaires que moi qui n'ont pas eu la même expérience. Je pense que quand le moment est venu pour les uns, l'Esprit coule. Le temps était bon pour moi en 2006 et quelque chose s’est produit alors je ne m'attendais pas.
Mes expériences avec Sifu Ha continuent à nourrir ma propre évolution en tant qu'artiste martial, guérisseur et être humain. Comme Sifu dit : «La fin de la technique est la compétence, la fin de la compétence est la spiritualité."
Je souhaite que tout le monde puisse trouver un professeur qui leur fournit ce genre d'expérience - ne vous arrêtez pas jusqu'à ce que cela arrive.

les textes et photos ont étés publiés avec l'accord des auteurs.
Copyright © 2016. Fabien Latouille Studio pour sifu mag. All rights reserved.
Le chi dans la pratique le Wuji